Blog

Les trois modèles de drones les plus courant pour la formation

6Pour devenir pilote de drone, il faut passer un examen ! Et l’examen implique pour les centres de formation qui le font passer, d’avoir du matériel et des batteries en quantité.

Il faut donc trouver le bon modèle de drone pour apprendre, tout en évitant les drones très assistés.

Les trois modèles de drones pour la formation les plus courants.

  • Le Mavic 2 pro de chez DJI

Le Mavic 2 pro est un drone intéressant pour apprendre. L’avantage est qu’il peut avoir deux radiocommandes branchées dessus : une RC pour le stagiaire apprenant, et un autre pour l’instructeur.

Côté mouvement, il reste un drone très assisté. Idéal pour les premiers jours de formation, il permet aussi de découvrir tout ce qu’on retrouve dans l’application DJI GO.
L’application DJI Go est globalement la même pour tous les drones, avec une petite différence pour le mavic 3 qui a sa propre application DJI.

Ensuite pour avancer, il est bien d’avoir d’autres drones. Des drones anciens qui peuvent naviguer avec la fonction ATI, qui libère le drone de son GPS. Les mouvements sont plus difficiles à faire, mais c’est justement le plus intéressant pour véritablement apprendre à piloter.

  • Le Phantom 4 et le phantom 4 pro

modeles de drone pour formationHormis la version RTK du phantom 4 pro, plus possible de les trouver autrement que sur le bon coin ou sites d’occasion. En revanche, les batteries se trouvent encore puisque ce sont les mêmes que le phantom 4 RTK  .

Les avantages du Phantom 4 sont nombreux pour la formation. Il cumule toutes les fonctions dont on a besoin pour faire une formation complète. Il est assisté et relativement stable. On peut activer le mode ATI si besoin. Et il est de bonne taille, loin des drones de moins d’1 kg qu’on retrouve le plus souvent sur le marché pour les débutants.

Ainsi, ce drone hybride et multitâche profite d’une caméra correcte qui permet même de faire de la photogrammétrie assez qualitative.

Ainsi, du début à la fin le drone permet de traiter tout ce qu’il y a à voir pour devenir pilote de drone.

Le phantom 4 pro présente les mêmes qualités, avec un bémol. La double commande n’est pas possible sur ce drone. Il faut donc que le stagiaire maîtrise les bases du pilotage pour éviter toute surprise.

  • Les drones FPV ou drones anciens, sans GPS

Ce sont les drones les plus difficiles à piloter. Ils n’ont aucune assistance. Ce sont les réflexes qui font le travail et plus les GPS ! S’ils ont des GPS, ces modèles de type F450, ils n’ont pas la stabilité des derniers modèle.

En plus démarrer sur ces drones permet d’appréhender le pilotage différemment. C’est un peu comme commencer à conduire sur une Tesla. Si tout est automatiser, on ne comprend pas grand chose à la notion de conduite, à la prise de risque ou encore aux réflexes. Par conséquent, si un imprévu arrive il vaut mieux avoir été formé sur des drones qui nous ont permis d’acquérir cette expérience.

Pour finir, les drones FPV, c’est autre chose. Une formation drone FPV, c’est une formation à un type de pilotage racer. L’objectif, c’est la course ou les images sensationnelles, donc pas de surprise c’est évidement dénué de toute assistance !